Mises à jour en direct: Heathrow s’attend à ce que l’augmentation de la demande soit temporaire


UBS a dépassé les prévisions des analystes avec une hausse de 19% de ses bénéfices trimestriels, grâce aux solides performances de sa division commerciale.

Le plus grand gestionnaire de fortune au monde a annoncé mardi un bénéfice net de 2,7 milliards de dollars pour le premier trimestre, largement en avance sur les 2,4 milliards de dollars prévus par les analystes.

Les bénéfices de la banque d’investissement du prêteur suisse ont plus que doublé par rapport au premier trimestre de l’année dernière, lorsqu’elle avait perdu 774 millions de dollars suite à l’effondrement du family office Archegos.

La banque a bénéficié au premier trimestre 2022 d’une augmentation de 59% des revenus de sa division de trading grâce à de solides performances dans les dérivés sur actions, les taux d’intérêt et le change.

Mais l’activité de gestion de patrimoine d’UBS a été touchée par une baisse de 7% de ses revenus par rapport à la même période l’an dernier, le groupe déclarant que les revenus basés sur les transactions ont chuté de 19%, les clients, en particulier en Asie, effectuant moins de transactions.

« Le premier trimestre a été dominé par des événements géopolitiques et macroéconomiques extraordinaires », a déclaré Ralph Hamers, directeur général. « Dans ce contexte, nous sommes restés concentrés sur l’exécution de nos plans stratégiques, le service à nos clients et la gestion des risques. »

Les analystes de Citigroup s’attendaient à ce qu’UBS soit la banque d’investissement européenne la plus performante cette saison, le prêteur bénéficiant de revenus plus élevés dans sa division des marchés mondiaux, qui se concentre sur les actions et les devises.

Dans les jours qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie, UBS a révélé qu’elle avait 10 millions de dollars de prêts en cours auprès de clients frappés par les sanctions occidentales. Il a également déclaré avoir environ 200 millions de dollars d’exposition aux actifs russes utilisés comme garantie dans les prêts lombards et 634 millions de dollars d’exposition directe au risque du pays.

UBS a annoncé mardi avoir réduit d’un tiers son exposition directe au risque avec la Russie, à environ 400 millions de dollars.

Il a ajouté que les règles de l’UE et de la Suisse interdisant d’accepter des dépôts de plus de 100 000 euros de la part de Russes non autorisés à vivre dans l’Espace économique européen affectaient 0,7% des actifs de sa division de gestion de patrimoine.

Le cours de l’action du prêteur est stable cette année après s’être remis d’une chute de 28 % au début de la guerre en Ukraine.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.